1,2,3 Soleil et Yvette ne faisaient qu’un !
Ces dernières années, d’ailleurs, malgré ses soucis de santé, Yvette était toujours présente et active mais me disait combien elle était désolée de ne pas pouvoir m’aider davantage et faire autant qu’avant pour l’association. 1,2,3 Soleil, c’était son bébé, disions-nous souvent en plaisantant !
J’ai connu Yvette en 1996 au moment de la création de l’association. Nous avions d’abord échangé une correspondance et dans les lettres d’Yvette, il y avait une telle force de conviction que je ne pouvais que m’engager auprès d’elle et de ses amis mutualistes ! Je ne l’ai jamais regretté, elle a été pour moi une leçon de vie. L’équipe de bénévoles 1,2,3 Soleil et moimême n’avons cessé pendant toutes ces années d’admirer son courage, sa ténacité, 
sa volonté d’aller de l’avant et sa capacité à soulever des montagnes.
Nous sommes tous très affectés par la disparition d’Yvette mais nous garderons au plus profond de nous le souvenir d’une femme formidable, toujours positive, ayant foi en la capacité des hommes et des femmes de bonne volonté si ce n’est à changer le monde, en tout cas à le rendre meilleur. «HUMANISME ET SOLIDARITE» étaient ses maîtres-mots
Combien de fois nous sommes-nous découragés devant les lenteurs administratives de l’hôpital ou l’indifférence des gens, Yvette, chaque fois, nous incitait à ne pas abandonner et à dépasser les problèmes en nous rappelant les objectifs de l’association : aider les enfants, leur redonner le sourire. Elle nous répétait inlassablement qu’un enfant même malade reste un enfant avec sa formidable envie de jouer et de vivre et qu’il fallait donc agir en ce sens, 
quelles que soient les difficultés.
L’esprit de notre association continuera évidemment dans le sens de cette humanité.
Notre cœur est en peine mais n’oublions pas que nous avons eu la chance de connaître Yvette, de partager un bout de chemin avec elle. Nous saurons garder en nous son énergie pour poursuivre sa tâche. 
Ses petits-enfants et arrière-petits-enfants peuvent être fiers de leur grandmère comme elle était fière d’eux !
Et comme l’a écrit Jamila, bénévole 1,2,3 Soleil, le malheur de l’avoir perdue ne doit pas nous faire oublier le bonheur de l’avoir connue, que le sourire de chaque enfant l’accompagne dans sa nouvelle demeure. 
Catherine Faner, 
Présidente 1,2,3 Soleil